Close
0
  • Bigorre Mag - Béarn Mag

Jardins partagés Plus verte la ville…

Année après année, ils fleurissent au pied des immeubles, au bord des trottoirs, sur les places et placettes, dans les interstices urbains, dans les « dents creuses » de la ville… « Ils », ce sont les jardins partagés, qui ne cessent, à Pau et agglo, de se multiplier. Au Mag, on était curieux du phénomène, du coup on est allé rencontrer la personne qui en sait probablement le plus sur ces « coins de nature » urbains et leur organisation : Gauthier Baradat, de la Maison du Jardinier, un service de la Ville de Pau qui accompagne les habitants dans leurs projets de nature en ville.

La mission de la Maison du Jardinier, c’est d’aider les citoyens à l’initiative d’un jardin partagé à concrétiser leur idée, tout en animant le réseau des projets déjà existants. Et s’il y a déjà du pain sur la planche, ça ne devrait pas aller en ralentissant… Aujourd’hui, une cinquantaine de ces jardins existent, cultivés pour moitié par des citoyens, pour moitié par des écoles ; et lorsqu’on dit jardin, on ne veut pas forcément dire « potager ». Enclos fleuris, poulaillers, ruchers, espaces verts… Il y a presque autant de possibilités qu’il y a de projets.

Des hommes

Ces projets, la Maison du Jardinier est là pour les accompagner : l’idée, une fois qu’un jardin est conçu, c’est de le pérenniser dans l’espace urbain, aussi est-il important de soigner la « portance » et la « gouvernance » dès sa fondation. Souvent, une association est créée : elle réunit les jardiniers-citoyens qui ont envie de s’investir dans la culture de leur petit lopin de terre collectif et ouvert, lequel est mis à disposition par la ville ou par l’agglomération, par le truchement de la Maison du Jardinier.

Une terre

Les jardins collectifs embellissent la ville, constituent de petits pôles de curiosité et de sociabilité, certes, mais leur rôle va beaucoup plus loin que ça. Sur le plan écologique, d’abord, ils constituent de véritables refuges pour la biodiversité. Gauthier Baradat : «Dans l’espace urbain, parcs et jardins forment comme des petits  » pas japonais  » ; Il suffit juste d’avoir des espaces bénéfiques pour la biodiversité à moins de 200 mètres l’un de l’autre pour que la faune et la flore puissent continuer leur cheminement, pour que la nature ne soit pas brutalement interrompue. »

Un lieu

Mais la vertu des jardins partagés n’est pas seulement écologique : elle est aussi sociale. Lieux de rendez-vous des citoyens d’un quartier, ces « coins de nature » mettent les gens en relation, permettent l’échange d’idées et le partage de moments privilégiés. Et si encore ce n’était que cela ! Prenons le cas des potagers par exemple : certaines familles qui les cultivent parviennent à se constituer un véritable « treizième mois » de légumes et de fruits de saison. Le travail de la terre est rentable, et en sus, apporte aux jardiniers un mieux-être alimentaire indiscutable ; on mange bien quand on respecte la saisonnalité, et si on plante bio c’est encore mieux !

Un but

Poursuivons sur le volet social : certains jardins partagés, à Pau, sont rattachés à des maisons de retraite, à des hôpitaux, à des centres de loisirs… Ils peuvent parfois avoir une vocation thérapeutique, parfois une finalité pédagogique. On ne se nourrit pas seulement de ce que l’on mange : le savoir partagé, la culture collective, le travail en commun, voilà aussi des sources d’affranchissement et d’émancipation. Dans les jardins partagés se forment des citoyens éclairés, mieux au fait des impératifs alimentaires et écologiques. En cultivant la terre, on change tout simplement de point de vue sur le monde qui nous entoure.

Un moyen

Les jardins collectifs, s’ils sont souvent entourés d’une petite clôture, sont ouverts à toutes les idées et à toutes les envies. S’il vous vient vous-même le désir de cultiver, près de chez vous, dans votre rue, dans votre quartier, dans votre ville, un petit espace vert, un potager ou un verger aussi bien, il n’y a qu’un pas à faire : celui qui vous conduira au seuil de la Maison du Jardinier ! « On a un rôle de porte d’entrée, précise Gauthier Baradat. Sur le territoire de l’agglomération, du moment qu’il y a un citoyen intéressé par cette démarche, on lui propose de venir vers nous pour concrétiser son projet. » Habitants de Pau et alentours, armez-vous de pioches, de pelles et de binettes : la terre fait son grand retour, il ne vous restera plus, après un peu de travail, qu’à vous baisser pour ramasser les fruits qu’elle vous offre…

La Maison du Jardinier
Domaine de Sers
Route de Bordeaux
64000 Pau

Tél. 05 59 80 74 86
maisondujardinier@ville-pau.fr

Les Manifestations autour des jardins partagés

Fête des jardins collectifs au mois de mars, fête des épouvantails, les jardins partagés sont ouverts et vivants ! Pourquoi ne pas profiter de ces manifestations pour prendre un premier contact ? Pour en savoir plus sur leurs dates et leurs propositions, rendez-vous sur le site de la ville de Pau : www.pau.fr

Texte / Joseph C.Lacour

Related Posts