Close
0
  • Bigorre Mag - Béarn Mag

TARMAC Aerosave Des Racines (bigourdanes) et des Ailes !

Si TARMAC Aerosave était un avion, la trajectoire de son vol ressemblerait davantage à une exponentielle qu’à une parabole ! La prospérité de l’entreprise, depuis son ouverture en 2008, ne se dément pas : les contrats affluent toujours plus nombreux, les embauches se multiplient, la société s’est vue récemment confier (et c’est une première mondiale !) le démantèlement d’un A380…
TARMAC Aerosave, désormais leader européen en stockage, et leader mondial en recyclage vert d’avion, c’est décidément LA success-story à la Bigourdane. Le Mag, dans le cadre de son dossier spécial formation, est allé enquêter pour savoir qui pouvait prétendre à la rejoindre…

TARMAC Aerosave, contrairement à ce que l’on croit, n’officie pas exclusivement dans le démantèlement et le recyclage d’avion, même si c’est cette activité qui est évoquée le plus couramment dans la presse. Elle est aussi compétente dans le stockage et la maintenance des appareils qu’on lui confie ; en tout, depuis 2008, c’est quelque 880 avions qui ont transité sur ses trois sites, Tarbes, Teruel (Espagne) et Toulouse (aéroport de Francazal), dont 200 en 2019 ! Autant dire que l’entreprise, forte d’environ 330 salariés, est en pleine croissance… Et que, par ce fait, elle recrute, ce qui fait d’elle un des employeurs privés les plus dynamiques en Bigorre.

Demande vs. offre

Les métiers, à TARMAC Aerosave, sont divers : ils concernent autant la partie « production » (à hauteur de 65 % environ) que la partie « support » et administration. C’est toutefois dans la première catégorie que l’entreprise prévoit, pour les temps prochains, le plus d’embauches ; c’est aussi là que les besoins sont le moins en adéquation avec l’offre disponible sur le marché de l’emploi. « Nous sommes vraiment à la recherche de profils particuliers, qui sont actuellement «  pénuriques  » » signale Laurence Etcheverry, directrice des ressources humaines à TARMAC Aerosave…

Partenaires particuliers…

… «  » pénuriques  » parce que spécialisés » ajoute-t-elle, les besoins de l’entreprise consistant essentiellement en des mécaniciens et des techniciens aéronautiques. Or, la formation pour devenir technicien aéronautique est nettement balisée. TARMAC Aerosave embauche les siens à partir du niveau Bac +3, après que ceux-ci aient suivi une licence aéronautique B1 ou B2. Les mécaniciens, suivant leurs domaines de spécialisation, peuvent être moins qualifiés. On recherche, pour le démantèlement, avant tout des salariés dynamiques, rigoureux, qui ont l’habitude des gros chantiers et n’ont pas peur du travail physique. On peut ainsi avoir été mécanicien dans la maintenance agricole ou automobile, voire dans le bâtiment, et trouver sa place à TARMAC Aerosave …

Apprentissage

Pour faire face à la pénurie de techniciens qualifiés, TARMAC Aerosave a monté un partenariat avec l’UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie – Pôle Formation Adour), laquelle a créé depuis septembre 2019 un Bac Pro Aéronautique. Quatre étudiants de cette formation-là sont actuellement en apprentissage dans l’entreprise ; l’apprentissage étant par ailleurs un filon d’avenir pour TARMAC Aerosave, qui compte encore le développer sur des postes de mécaniciens aéronautiques ainsi que pour compléter les effectifs de son bureau technique.

Formations

Les jeunes et moins jeunes gens qui rejoignent TARMAC Aerosave peuvent par ailleurs compter, une fois l’entreprise rejointe, sur une montée en compétence rapide et constante. Il leur faudra en effet développer des « qualifications types », grâce à des formations pouvant durer jusqu’à deux mois, en fonction des appareils sur lesquels ils officieront, que ceux-là soient de la marque Airbus, Boeing, Embraer ou ATR…

Aujourd’hui, c’est déjà demain

Au vu du développement singulier de TARMAC Aerosave de ces dernières années, on ne peut que lui prédire un avenir lumineux ! L’entreprise est sur le chemin de la croissance ; elle devrait rester, demain, l’une des plus dynamiques de la Bigorre sur ce plan, et le nombre d’embauches prévues ne devrait pas, en conséquence, diminuer. C’est du moins tout ce qu’on peut lui souhaiter… Un mot donc aux futurs étudiants plongés dans le présent dossier de formation du Mag : voici un secteur porteur et qui recrute : ils ne sont pas nombreux à pouvoir, aujourd’hui, le prétendre. Ne filez donc pas vers d’autres cieux, celui de l’aéronautique est particulièrement radieux… et devrait vous permettre de prendre votre envol ! Welcome on board !

www.tarmacaerosave.aero

Texte / Joseph C.Lacour – Photos / ©TARMAC Aerosave

Related Posts