Close
0
  • Bigorre Mag - Béarn Mag

Catherine Quief Chapeau l’artiste !

La fabrique de MTM (Manufacture Textile Méridionale), à Jurançon, a le charme des vieux ateliers, de ceux où l’on sent qu’on ne rechigne pas à la tâche, ni non plus à l’effort. Catherine Quief, patronne des lieux, nous l’a immédiatement confirmé : « Faire vivre MTM, c’est beaucoup d’énergie et beaucoup de travail… »

Devant leurs machines à coudre, les « piqueuses » ont à peine le temps de relever la tête à notre entrée ; entre leurs mains, c’est 700 000 chapeaux et casquettes qui prennent forme chaque année. Si l’on retire du calcul les week-ends et les jours fériés, cela représente la bagatelle de 2 766 coiffants jour ! On comprend dès lors qu’il n’y a pas vraiment de quoi chômer…

Mais comment se fait-il qu’avec une production pareille, MTM soit si peu connue sur Pau et alentours ? Réponse : si elle a effectivement une marque en propre, ce qu’elle fabrique, elle le fait surtout au profit d’autres enseignes. Parmi celles-ci, de grandes maisons françaises, Isabel Marant, Maison Michel, Lacoste, Saint-Jammes, Armor… et également de grands couturiers, dont, à MTM, on ne dévoile pas le nom. « On a des clauses de confidentialité » s’excuse Catherine Quief. On comprendra à ce secret imposé qu’il ne s’agit clairement pas du tailleur du coin…

On s’emballe, on s’emballe, et on en oublierait presque qu’il s’agit d’un portrait… Aussi, revenons-en à la personne de Catherine Quief, et évoquons avec elle son parcours : « Que dire ? Passionnée toute petite par la mode, je suis partie en Bac Pro dans le textile ; j’ai ensuite fait un BTS à Bordeaux, et j’ai bouclé la première partie de mes études à Toulouse… » Suit un début de carrière mouvementé, dans la confection de Prêt-à-porter femme d’abord, puis dans le jean et dans la maille.

« Je trouvais que je n’évoluais pas assez vite, j’ai décidé de repartir en études : j’ai fait l’ESIV [ndlr : l’Ecole Supérieure des Industries du Vêtement] et j’ai été prise chez DIM à Autun pour mon stage de fin d’études… »

Mais c’est véritablement à Jurançon, chez MTM, que Catherine Quief va trouver un emploi dans lequel elle va véritablement s’inscrire. Entrée chef d’atelier, elle dirige à son arrivée 140 personnes. C’est la belle époque pour MTM, le commerce est florissant, la production au zénith… Et pourtant, les nuages noirs commencent à porter leur ombre sur l’atelier. Les propriétaires, arrivés à l’âge de la retraite, vendent. Le repreneur licenciera à tour de bras, et 18 mois après le rachat, liquidera la société. Triste fin pour MTM. Triste fin ? L’histoire aurait effectivement pu se conclure ainsi, mais c’était sans compter le courage de certains employés, parmi lesquels Catherine Quief…

Ces employés, ils n’ont tout simplement pas pu se résoudre à voir leur atelier fermé, et ont donc décidé de le reprendre : à seulement 16, ils ont relancé les machines, et sont repartis sur les routes convaincre les anciens clients de leur pugnacité. L’entreprise, depuis, a bien remonté la pente, et compte une trentaine de salariés. C’est encore peu en comparaison des effectifs des temps jadis, mais MTM est sur la pente ascendante. Catherine Quief en est aujourd’hui la cheffe d’orchestre, celle qui fait s’entendre entre eux les artistes et les comptables, qui organise la transmission d’un beau savoir-faire entre les anciens de l’entreprise et les « petits jeunes » qui débarquent…

Outre les produits qu’elle fabrique pour d’autres, MTM a aujourd’hui sa marque en propre : lors de notre visite, Catherine Quief nous a présenté deux beaux catalogues, l’un pour l’hiver, l’autre pour l’été. On a pu y voir l’étendue de la production MTM, laquelle est particulièrement abondante, et ainsi se tenir au courant du « goût du jour ». Les chapeaux ne règnent plus en maître, c’est, comme l’on peut s’en apercevoir en se promenant dans la rue, la casquette qui est aujourd’hui reine. Si vous voulez en savoir plus sur les « coiffants » qui s’élaborent dans votre région, sachez qu’MTM dispose d’un site internet : www.mtm-headwear.com. Sachez également que l’atelier organise deux fois par an des portes ouvertes : une visite vaut sans doute mieux que de longs discours. Aussi, en resterons-nous là, en tirant toutefois, avant que d’apposer à cet article son point final, notre chapeau à Catherine Quief et à son équipe… Ce petit geste de considération, MTM le mérite bien : souhaitons que ce soit le cas encore longtemps, et que le Béarn puisse encore se complaire pendant des décennies à se couvrir la tête de « coiffants » d’ici !

Prochaines Portes ouvertes du 15 au 20 mai de 9h à 19h non-stop

Manufacture Textile Méridionale

1 Avenue Charles Touzet,
à Jurançon

www.mtm-headwear.com

Related Posts