Close
0
  • Bigorre Mag - Béarn Mag

La Croix-Rouge – Tarbes Sacrés maraudeurs !

Bref, on a participé à une maraude de la Croix-Rouge. Mais, à ce sujet, qu’est-ce que vous voulez qu’on vous dise au juste ? Qu’on a vécu une «formidable aventure humaine» ? On ne vous le dira pas. Quand vous discutez avec votre boulangère, entre la baguette qu’elle vous donne et la monnaie qu’elle vous rend, vous avez l’impression de vivre une «formidable aventure humaine» ?

Alors il n’y a pas de raison qu’avec des gens qui, à un moment de leur vie, ont faim, ou ont besoin de soutien, il n’en soit pas de même. Les «bénéficiaires» de la Croix-Rouge, ils ne sont pas plus bizarres que votre boulangère : la vraie différence entre eux et vous, c’est que, en ce qui les concerne, il peut arriver qu’ils dorment dehors, il peut arriver qu’ils n’aient plus les moyens d’acheter de quoi se nourrir, il peut arriver qu’ils soient découragés de leur situation (et ça, c’est même pas une «vraie» différence) etc… Et la Croix-Rouge, avec les moyens qui sont les siens, avec les bénévoles qui viennent lui prêter main forte, essaie de pallier tout ça…

Frères humains !

Si ça n’a pas été une «formidable aventure humaine», notre participation à une maraude a tout de même été une petite «expédition» avec des bénévoles qui, eux, sont à n’en pas douter formidablement humains. Avec Jean-Luc, Coralie et Antoine, on a fait le tour de Tarbes le temps d’un après-midi, s’arrêtant à plusieurs «spots» où la Croix-Rouge sait qu’elle va trouver quelques-uns de ses bénéficiaires : Brauhauban d’abord, la Foch ensuite, Marcadieu, quelques petites rues, l’Ayguerotte et le Parc Solférino. Le tracé de la maraude ne change jamais : immuablement, trois fois par semaine, les bénévoles (et parmi eux, immuablement, Jean-Luc, responsable des maraudes) font le même chemin, aux mêmes heures. Ainsi les bénéficiaires savent qu’ils peuvent trouver, en se rendant tel jour telle heure à tel endroit, un camion aux couleurs de la Croix-Rouge qui les attendra…

Gestion de stocks

Pourquoi les attend-il, ce camion de la Croix-Rouge ? Généralement pour donner ce qui est le plus urgent. Au départ de la maraude, il est chargé de sandwichs, de salades sous vides, d’un petit container de soupe, d’un grand thermos de café, de biscuits, de pains et de kits d’hygiène. En fonction des besoins exprimés pendant la maraude précédente, on prend aussi des vêtements, des couvertures, des gants, des bonnets. Toutes ces denrées, tous ces vêtements, ils viennent soit de dons (des supermarchés pour la nourriture, de particuliers pour l’habillement) ou d’achats réalisés par la Croix-Rouge auprès de la Banque Alimentaire. Quelquefois il y a des surplus de rations alimentaires de l’armée, mais c’est malheureusement trop rare…

Fin de mois…

«Nos bénéficiaires, ils sont plus ou moins nombreux en fonction de la date. Après le 5 du mois, quand l’État verse le RSA ou l’AAH, ils sont une quinzaine. Arrivé vers le 30, ils sont presque une quarantaine» précise Jean-Luc. Une bénéficiaire qu’on connaît développe : «Moi, quand je viens voir la Croix-Rouge, c’est vraiment parce que j’ai les crocs. Je préférerais vraiment me débrouiller toute seule ! Même s’ils sont sympas, hein, c’est pas le problème…»

Super sympas !

Et effectivement, à la Croix-Rouge, ils sont sympas. Et leurs bénéficiaires, eux aussi, sont sympas. Et peut-être que vous aussi vous êtes sympa. Ça fait quand même beaucoup de gens sympas, tout ça. Alors : pourquoi ne pas se réunir ? On rappelle que, si la Croix-Rouge a besoin de dons, elle a surtout besoin de bras. Coralie et Antoine, les deux jeunes gens qu’on a suivi en maraude aux côtés de Jean-Luc, font des études d’astrophysique, leurs emplois du temps sont en train de s’étoffer, ils ne pourront pas toujours aider. On a besoin de vous !

Et pour rappel…

On rappelle aussi que la Croix-Rouge, c’est 300 bénévoles en Bigorre, et une activité foisonnante dans le domaine de l’aide sociale et de l’urgence. Dans le département, l’association compte six antennes, et distribue 200 tonnes de denrées chaque année à ceux qui en ont le plus besoin. Tous les matins, ses locaux sont ouverts pour que les familles viennent y chercher le nécessaire. Bref, cet article ne rend pas hommage à la foisonnante action qu’est la sienne. Notre idée, c’était de vous parler des maraudes : n’hésitez pas toutefois à vous rendre sur le site internet de la Croix-Rouge pour tout savoir de son histoire et de ses actions ! Et n’oubliez pas : les gens qui ont faim, en France, sont comme vous. Vous n’avez peut-être pas les moyens ou le temps de les aider, et il n’y a pas de honte à cela : mais franchement, un sourire, un bonjour, ça ne coûte rien. Et quelquefois ça apporte vraiment, vraiment beaucoup à celui qui le reçoit. Pensez-y.

Croix-Rouge française de Tarbes

www.croix-rouge.fr

Cet article est dédié
à Francis, sans domicile fixe,
vivant avant sa mort entre Tarbes et Lourdes,
dessinateur hors-pair dans son genre,
et personnalité remarquable. RIP.

Related Posts