Close
0
  • Bigorre Mag - Béarn Mag

LumenAi – Pau Martingale gagnante !

Alors pourquoi ne pas s’intéresser plutôt à un géant en devenir, à une de ces petites structures sur lesquelles d’aucuns aimeraient bien établir une «start-up nation», qui se distinguent par leur rapport à la technologie et à l’innovation ? LumenAi ? Toc-toc, on peut entrer ?

I robot

Sébastien Loustau, fondateur de LumenAi, ayant aujourd’hui repris ses fonctions d’enseignant-chercheur en mathématiques à l’Université de Pau, a accepté de parler avec nous de la belle réussite qu’est celle de la petite entreprise depuis sa fondation en 2015, réussite qui ne procède que d’un unique facteur : l’excellence de sa production. Mais sa production, quelle est-elle au juste ?
AI, ça ne vous met pas la puce à l’oreille ? Oui, nous parlons effectivement ici d’intelligence artificielle, un domaine en plein boom, aux multiples applications pratiques et dans lequel, en France, LumenAi a su sortir son épingle du jeu.

Machine apprenante

L’activité de LumenAi repose sur un travail apparemment très simple : l’encodage d’algorithmes, un pure activité mathématique qui précède de beaucoup l’histoire de l’informatique (le premier algorithme que l’on connaisse date en effet du IXe siècle). Mais que diriez-vous d’un algorithme «intelligent», «adaptif», qui apprendrait de lui-même en «comprenant» les nouveaux problèmes qui se présentent à lui ? Voilà ce que fabrique LumenAi, des algorithmes capables de gérer des flux de données gigantesques, et de distinguer dans ceux-ci des «schémas» en vue d’agir en conséquence selon ce qu’on lui demandera de faire…

Win-win

Voilà une notice d’intention bien générale, nous diriez-vous, et vous avez raison. L’algorithmique de LumenAi, elle vient, comme nous le rappelle Sébastien Loustau, de la recherche mathématique académique, qui se charge ordinairement de traiter des problèmes «généraux». Mais, si la recherche est d’ordre fondamentale, cela ne veut pas dire qu’elle ne peut pas trouver d’applications pratiques : «C’est bien de faire le lien entre la recherche et l’industrie ! En France, ce n’est pas là qu’on est les plus doués… C’est pourtant intéressant pour les deux parties en présence : on apporte de nouvelles idées à l’industrie, et la recherche y gagne en travaillant sur des solutions à des problèmes réels, sans rester confinée dans sa bulle.»

Upgrade

Les applications pratiques, pour ce qui concerne
LumenAi, elles n’ont pas tardé à pleuvoir ! Le marketing s’est d’abord intéressé à ces algorithmes d’un genre nouveau, pour proposer une expérience client, notamment digitale, entièrement personnalisée et s’adaptant au «profil» du nouveau client se connectant, par exemple, sur un site de e-commerce. Accor’Hôtels, de ce point de vue-là, a été l’un des premiers clients significatifs de
LumenAi. «Mais là où notre système a su le mieux démontrer sa pertinence, c’est d’une part dans le domaine de la maintenance prédictive, c’est-à-dire dans l’anticipation, grâce à des données recueillies par des capteurs, de pannes pouvant impacter des machines industrielles, et, d’autre part, dans le champ de la cybersécurité» sourit Sébastien Loustau…

Loi Zéro

Preuve de la supériorité de LumenAi dans cette branche éminemment sensible qu’est la cybersécurité, dernièrement, c’est la Direction Générale de l’Armement française qui a fait confiance à la petite start-up paloise. Du très lourd. Dans les clients historiques, on citera également Total, Suez, Téréga, Thalès… Des clients qui certifient une certaine crédibilité à l’échelle nationale, sur laquelle LumenAi ne cesse de grimper : en dehors du Béarn, elle a désormais des antennes à Marseille, Toulouse, Paris et Rennes, et songe sérieusement, forte de ses 12 employés, à l’internationalisation. Vu le carnet d’adresses français constitué en 5 ans d’existence, il nous semble, au Mag, qu’elle peut effectivement y prétendre. On suivra l’aventure de près, d’autant que, clairement, on n’a pas fini d’entendre parler de l’Intelligence Artificielle. Mais si le développement de celle-ci peut continuer à se faire entre les mains d’entreprises, telle LumenAi, qui publient leurs algorithmes en open source et se préoccupent (ainsi que le fait sérieusement Sébastien Loustau) de la question de la confidentialité des données personnelles des utilisateurs du web, franchement, pour nous, c’est plus rassurant. Pas pour vous ?

www.lumenai.fr

A suivre aussi : IAPau

En rapport avec LumenAi, le festival IAPau 2020, qui se tiendra les 4, 5 et 6 décembre prochains. Tous les détails de la programmation dans un vos prochains mags !

Related Posts