Close
1
  • Bigorre Mag

Mewen Haet : 22, v’là les ferments lactiques !

On vous le dit tout de go : le parcours de Mewen Haet n’est probablement pas représentatif du cheminement professionnel ordinaire d’un garçon de son âge. Déjà installé, alors qu’il n’est pas encore majeur, en tant que crémier-fromager indépendant, il gère, avec l’appui de membres de sa famille, un restaurant-bar ouvert en août dernier dans la Batsurguère. Portrait d’une jeunesse qui n’a pas peur de se lancer, au cœur d’Aspin-en-Lavedan…

Sa crémerie-fromagerie, Mewen Haet a voulu la nommer « Ô vingt-2 » en hommage à un nombre qu’il considère, depuis toujours, comme son porte-bonheur. Sa petite affaire, elle prend place dans un univers plus grand, celui du très sympathique restaurant-bar « Au Coeur d’Aspin », créé l’été dernier dans le village d’Aspin-en-Lavedan, dans les anciens locaux d’un centre de vacances à l’abandon. « Le maire du village voulait depuis longtemps que cet endroit redevienne un lieu de vie. Il a contacté ma mère, Rozenn Guibert [ndlr : réflexothérapeute au Groupe d’Entraide Mutuelle, à Tarbes, et co-fondatrice de l’Artelier] pour voir si elle avait une idée de projet à y monter. C’est comme ça que ça a commencé. Aujourd’hui, je gère, avec Rozenn, Au Cœur d’Aspin, et je m’occupe en indépendant de ma crémerie-fromagerie «  Ô vingt-2  » ».

Voir ce qu’on fait

Affaire familiale, donc, qu’Au Coeur d’Aspin, à laquelle s’ajoute pour Mewen un projet plus personnel. L’art de produire du beurre, de la crème et du fromage, il l’a appris au Lycée Lautréamont, dans une formation récemment ouverte qui l’a mené à l’obtention d’un CAP après deux ans d’études. Mais pourquoi la crèmerie-fromagerie ? « Depuis longtemps, je savais que je voulais faire un métier qui me permettrait de voir vraiment le résultat de mon travail. C’était donc soit l’artisanat, soit un métier de bouche. J’ai découvert le CAP du Lycée Lautréamont dans un salon d’orientation : je ne savais pas du tout à ce moment-là qu’on pouvait devenir fromager sans être le fils d’un fromager ! Du coup je me suis lancé… » rigole Mewen.

Tout un fromage

Trois (longs) stages plus tard, et après que sa mère lui propose de rejoindre le projet d’Au Coeur d’Aspin en tant que « commerçant et producteur de proximité », Mewen installe son étal à même le restaurant, en vis-à-vis du comptoir du bar. « Aujourd’hui, je ne fais que du frais. Je transforme toutes les semaines une centaine de litres de lait de vache, pour faire notamment des fromages et du beurre, et pour alimenter aussi le restaurant en produits laitiers. Pour le moment, je fais ma transformation dans les cuisines du restaurant, mais on est en train de travailler sur le financement d’un futur laboratoire et d’une future cave d’affinage. » L’objectif : produire des fromages à pâte dure, et tester de nouvelles formules : « J’ai entendu dire que quelqu’un dans la région avait commencer à produire du lait de bufflonne, ça m’intéresse. Avec le lait de brebis, il y a aussi de quoi faire. Et je veux développer ce que je propose sur mon stand : pour le moment, je travaille avec un fromager d’Azereix, un fromager de Tilhous et bientôt avec un nouveau fromager d’Ossen, mais j’aimerais aussi avoir des fromages d’autres régions, et pourquoi pas d’Angleterre et d’Italie. Le local, c’est bien, mais le fromage c’est aussi un moyen de voyager ! »

La preuve par 22

En attendant que ces nouvelles idées aboutissent, Mewen Haet cumule les métiers : Au Coeur d’Aspin, il prépare tous les matins des petits-déjeuners pour les clients de l’hôtel voisin, tient le bar avec son équipe, gère en partie le restaurant ouvert cinq soirs par semaine, et transforme ses fromages en parallèle. On en reparle, du désœuvrement supposé de la jeunesse ? Aujourd’hui habitant d’Aspin-en-Lavedan, Mewen a par ailleurs choisi une voie qui lui permet aujourd’hui d’être un de ceux qui ré-insufflent de la vie dans nos petits villages. Et c’est tant mieux : car si les jeunes entrepreneurs d’aujourd’hui ne le font pas, il y a fort à parier que personne ne le fera. A la fois aidé dans son œuvre par ses proches, et déjà assigné à un certain nombre de responsabilités (notamment côté crèmerie-fromagerie où il ne peut compter que sur ses propres compétences!), Mewen, s’il prend aussi son temps, a déjà un agenda chargé, et une mission qui fait sens. A son âge, ce n’est pas si commun : mais son exemple est en tout cas la preuve que c’est possible.
Désormais, il n’y a plus qu’à affiner…

Bonne route Mewen !

Au Cœur d’Aspin et « Ô vingt-2»
Restaurant Familial / Crèmerie-Fromagerie
Soirée concert ou autres animations tous les samedis soir
9 Impasse F. Brenjot, à Aspin-en-Lavedan
Tél. 06 72 44 28 98
Facebook : Au cœur d’Aspin / Ô vingt-2

Related Posts