Close
0
  • Bigorre Mag

Phil’ dans ta cuisine : J’irai rôtir chez vous…

Si tu ne viens pas au restaurant, le restaurant ira à toi !  Voici un slogan, qui, en ces temps de pandémie, nous semble aller comme un gant au métier de Philippe Gomez, lequel, depuis quelques années, est chef à domicile.

Est-il bien besoin d’expliquer dans le détail en quoi cela consiste, que d’être chef à domicile ? Oui ? Ok, allons-y… Philippe Gomez, pendant 11 ans, a tenu un restaurant à Tarbes : celui-ci s’appelait L’Étoile (pour ceux qui s’en souviennent), se trouvait près de la place Marcadieu, et ne déméritait pas du point de vue de la réputation. « Ça a été onze excellentes années, mais ce n’était pas toujours simple. Avec ma sœur qui m’accompagnait dans l’entreprise, nous étions confrontés aux difficultés classiques des restaurateurs, les charges à payer, l’administratif à régler, ce genre de choses. A l’époque, mes enfants étaient petits : ça a été un peu l’élément déclencheur d’un changement de vie…» raconte Philippe Gomez.

Votre mission, si vous l’acceptez…

Après réflexion, Philippe Gomez se décide : il sera désormais traiteur et chef à domicile. Il se trouve rapidement un local à Aureilhan qui lui servira de cuisine (« de laboratoire » précise-t-il), et se lance dans l’aventure. Non pas qu’il en ait pas vécu d’autres antérieurement, d’aventures : sur la côte d’Azur où il a fini de se former dans sa jeunesse, il avait déjà eu l’occasion d’expérimenter la cuisine à domicile – « pour des propriétaires plutôt fortunés » sourit-il. Exemple : un ami officiant en tant que chef pour un couple originaire des Émirats fait un jour appel à ses services. On ne vous détaille pas toute l’histoire, mais Philippe Gomez se retrouvera, dans les jours qui suivent, seul responsable de la cuisine sur le yacht de ces riches propriétaires. A bord, ils sont six : le couple émirati, le commandant de bord, Philippe Gomez, ainsi que… le Prince Charles et son épouse Camilla, duchesse de Cornouailles ! L’héritier royal félicitera d’ailleurs Philippe Gomez, à l’issue de son séjour, pour sa cuisine qu’il a semble-t-il appréciée. Totalement surréaliste.

Le Jour d’après

Philippe Gomez, toutefois, relativise : sa vie de chef à domicile le conduit naturellement à fréquenter de somptueuses villas dans le Sud-Ouest, et notamment sur la côte basque. Mais son métier le fait intervenir majoritairement dans l’événementiel, pour des repas de famille à l’occasion de mariages ou de baptêmes. « C’est d’ailleurs pour cela que les temps sont durs ! Les événements de ce genre, avec le Covid, se sont beaucoup raréfiés. On n’a pas de restaurant, mais la crise, on la prend nous aussi de plein fouet, et on a hâte que la vie redevienne normale… »

Certains l’aiment chaud

Bon, parlons cuisine : clairement, avec Phil’ dans ta cuisine, on est plutôt du côté du gastro, bien que sa fonction de traiteur l’emmène aussi vers des préparations plus simples. « Depuis quelques années, on travaille notamment pour le Parvis, pour tout ce qui concerne les petits snacks des soirs de spectacle. Évidemment, ces commandes-là se sont également arrêtées » ; et lorsqu’il troque sa casquette de traiteur pour sa toque de chef à domicile, le travail de Philippe Gomez consiste pour beaucoup à s’adapter aux exigences de ses clients, qui peuvent parfois réclamer un peu de souplesse. « Cet été, avec Pauline [ndlr : sa compagne], nous avons cuisiné deux semaines pour une famille d’Anglais, dont le père était au régime et dont le fils souffrait d’allergies alimentaires. Il faut savoir composer avec ça… » sourit Philippe Gomez… et composer aussi avec le matériel sur place, bien que Phil’ puisse aussi venir avec des dispositifs d’appoint. « Le métier de chef à domicile, c’est d’abord de comprendre les attentes. Ensuite, seulement, on cuisine, et là, notre travail c’est de rechercher toujours la qualité, des produits, des préparations, des présentations. Ce que l’on peut attendre d’un chef, quoi ! »

Les Affranchis

Aujourd’hui, Philippe Gomez fait, comme tous les restaurateurs de France, face à la crise. Il a la chance d’avoir été embauché, à mi-temps, comme formateur au CFA de Tarbes, ce qui met, comme on dit « du beurre dans les épinards ». Et il réfléchit beaucoup à d’autres possibilités que lui offrent son métier, notamment l’idée de proposer, en fin de chaque semaine, des menus thématiques à emporter pour les particuliers. Suivez-le ! On le sait, les restaurants sont fermés, mais il n’existe à ce jour aucune réglementation qui interdise de bien manger. Alors : autant en profiter, n’est-ce pas ?

www.phildanstacuisine.com

Facebook : Phil’danstacuisine

Related Posts