Close
0
  • Bigorre Mag

Tous à bicyclette ! Vous aussi, vous en avez sous la pédale ?

Si c’est le cas, et que vous êtes déjà livré, vous êtes un heureux veinard. Car la filière « cycle », en France, est littéralement submergée de commandes, au point que certains vélos, dans certaines villes, ne pourront être livrés à leurs propriétaires avant… 2022 ! La demande, depuis le premier confinement de 2020, a littéralement explosée. On parle de 3,3 millions de vente en 2020 – la barre des trois millions, en France n’ayant encore jamais été franchie. Côté vélos à assistance électrique, on a constaté une augmentation des achats, entre mai et juin 2020, de 117% : l’industrie du cycle pédale dure pour gérer cet afflux inédit, mais, clairement, la pente est encore raide avant que l’offre ne rejoigne à nouveau la demande.

En Bigorre aussi !

En Bigorre, on vous avait d’ailleurs parlé, nous et nos confrères de la Presse quotidienne, de l’incroyable succès des boutiques de réparation de vélos, qui croulent sous les sollicitations – notamment du fait de l’opération « coup de pouce » de 50 euros lancée par le Ministère de la Transition Écologique (d’ailleurs prolongée jusqu’au 31 mars : pensez-y !). Les magasins de vélo, on y est allé, et certes les rayons semblent moins remplis qu’à l’accoutumée. Bref, ici aussi, le phénomène « deux-roues » prend de l’ampleur, et comme on voulait en savoir plus, on est allé voir Henri Lourdou, secrétaire de l’association des Cyclomotivés de Tarbes.

Nouvelles têtes dans le guidon

Celui-ci, auprès de nous, confirme : « À Tarbes, le nombre d’usagers va croissant, aucun doute. Par ailleurs, pendant longtemps, le vélo restait une pratique plutôt réservée aux personnes relativement âgées ; aujourd’hui, on voit de plus en plus de jeunes couples avec enfants, et il commence à y avoir également pas mal de travailleurs ayant remplacé leur voiture par un vélo pour se rendre sur leur lieu de travail… »

Itinéraire bis

Alors, pas d’emballement : d’après l’INSEE, et même si les chiffres sont un peu datés, le fait d’aller sur son lieu de travail n’est pas encore une pratique majoritaire en France. Il n’empêche, elle progresse, et l’un des rendez-vous réguliers proposé par l’association des Cyclomotivés de Tarbes, justement, consiste à suivre en groupe un itinéraire qu’emprunte quotidiennement l’un des adhérents pour se rendre à l’endroit où on l’emploie. « On organise cela pour découvrir des itinéraires bis qui permettent d’éviter certains axes dangereux pour les cyclistes. À Tarbes, vis-à-vis de certaines autres villes de France, on est quand même plutôt en retard sur la question de l’aménagement des voies. Les choses avancent, c’est sûr, mais l’on a commencé à s’en préoccuper il y a encore trop peu de temps, moins tôt que dans certains autres départements de France. »

Limitation

L’association, d’ailleurs, qui espère davantage de voies cyclables à venir dans les grandes villes du département, mène des discussions avec la municipalité de Tarbes pour qu’elle envisage un centre-ville partout limité à 30km/h. « Nous buttons, dans ces discussions, sur un point qui inquiète la mairie : le passage des voies à sens unique vers un double-sens pour les vélos, c’est-à-dire la possibilité, pour les vélos, de rouler à contre-sens sur les voies uniques. La mairie estime actuellement que cela poserait des problèmes de sécurité, nous précise Henri Lourdou. Il est possible, également, que le « passage à 30 » rencontre l’ire de certains automobilistes : qu’importe, comme vous l’aurez compris, il n’est de toutes manières pas encore à l’ordre du jour…

Cyclomotivés, motivés !

Côté bonnes nouvelles «vélo», dans le département, on a également la mise en place prochaine de la V81, voie verte qui permettra de joindre la méditerranée depuis l’océan (et vice-versa) et qui nécessite encore quelques aménagements en Bigorre. Bien que l’association dont il participe à l’administration soit basée à Tarbes, on n’a pas résisté à la tentation de demander à M. Lourdou ce qu’il en était des transformations de l’usage du vélo ailleurs dans le département : « Il se développe partout ! J’ai récemment participé à des réunions dans des communes rurales du département, et il y a des usagers qui expriment la volonté d’utiliser le vélo au quotidien. Dans la vallée des Gaves, on parle de jonctions entre différentes localités via la voie verte, une liaison Bagnères-Tarbes est à l’étude… Il y beaucoup de projets, beaucoup de mouvement, beaucoup d’envies. » Le cycliste serait-il l’avenir de l’homme ? Et, plus précisément, du Bigourdan ? L’on verra ce que demain nous dira à ce sujet, reste certain le fait que nombreux sont ceux qui, aujourd’hui, sont plus que jamais cyclomotivés à faire du vélo leur véhicule de prédilection…

Facebook : Cyclomotivés Tarbavélo

Related Posts