Close
0
  • Bigorre Mag - Béarn Mag

Ô étudiants, Le Monde d’après, c’est le vôtre !

La littérature d’anticipation et le cinéma de science-fiction ont beaucoup brodé, des années 50 jusqu’aux années 80, sur ce à quoi devait ressembler le début du XXIe siècle. Voitures volantes, maisons robotisées, hoverboards… On était loin de se douter qu’en fait, le turfu, c’était essentiellement TikTok et les Iphones.

Et voilà qu’aujourd’hui, alors qu’on semble trouver une issue possible à la crise du coronavirus, on recommence à nous parler du « monde d’après », sans que personne n’ait vraiment l’air d’accord sur ce de quoi ce fameux « monde d’après » devrait approcher… Bon, certes, il y a globalement consensus sur le fait qu’on aimerait bien tous ne pas griller d’ici deux décennies, et qu’il fait déjà suffisamment chaud sur notre petite planète. Mais passé cela, c’est le grand flou.

Le petit problème, et ce n’est pas pour être méchant, hein, c’est que les intellectuels qui étudient aujourd’hui à quoi devrait ressembler le monde de demain appartiennent pratiquement tous au monde d’hier. Dans deux décennies, ils seront peut-être encore de vaillants retraités, allez savoir, mais il est tout de même un peu improbable que le « monde d’après », ce soit véritablement eux qui soient chargés de le mettre en place.

A qui incombera cette tâche, alors ? J’crois que la question, elle est vite répondue. C’est à vous, étudiants, étudiantes. C’est vos idées, vos opinions, vos goûts, votre vision, votre proooooojet, sur lesquels repose l’avenir. On ne vous interroge pourtant pas beaucoup sur celui-ci, mais qu’est-ce que ça change ? Après tout, dans deux décennies, c’est vous qui serez aux manettes, non ?

Nous, au moment où vous prendrez les commandes, on sera déjà vieux (bon, moins que les experts officiels en « monde d’après », mais quand même…) : on n’aura donc pas grand-chose à faire d’autre que de vous regarder vous dépatouiller avec ce que l’on vous a laissé. C’est juste un constat, hein ? Puis, si vous avez besoin d’un coup de main, on fera ce qu’on peut pour aider.

Mais voilà : bientôt, tout ça, c’est votre problème. Alors préparez-vous à changer le monde. Travaillez. Informez-vous. Enrichissez, autant que possible, vos connaissances. Pensez à ne pas trop vous prendre la tête aussi, car même si les défis sont grands, il ne faut pas oublier que la bonne marche du monde dépendra aussi de votre capacité à être heureux et à vous amuser. Et, dans les années à venir : étudiez. Vos études, c’est un grand pas vers le savoir, et le savoir, c’est un bon prérequis pour un possible changement de votre monde. On a fait ce qu’on a pu : à vous de nous montrer ce que vous valez.

Courage, et bonne chance !

Related Posts